logo
O L T R
MOUVEMENT POUR UNE ORTHODOXIE LOCALE
DE TRADITION RUSSE en Europe occidentale
“ Nous avons transmis la foi, l’espoir et l’amour du Seigneur à nos jeunes et aux natifs d’Occident...
Mais nous ne pouvons vivre que parce que nos racines demeurent dans la Sainte Russie. ”

Chroniques

 Retrouvez ici un fil de tous les articles publiés sur ce site :

 

Communiqué N°3 - Annexe explicative

Cette annexe à pour objectif de faciliter la compréhension correcte des références canoniques concernant la primauté contenues dans la lettre du 13 juillet 2004.

La déclaration du 13 juillet 2004 comporte le paragraphe suivant :

«Cette ecclésiologie implique la catholicité/conciliarité, dont l’exercice est indissociable de la primauté, actuellement exercée par le Patriarcat de Constantinople, la “Nouvelle Rome”. La primauté ou “présidence dans l’amour et à l’amour” doit être assumée dans l’esprit du 34ième canon apostolique : “Les évêques de chaque territoire [mot à mot : chaque nation, habitant un territoire donné] doivent reconnaître celui qui, parmi eux, est le premier [leur primat], et le considérer comme leur tête, et ne rien faire d’exceptionnel sans son avis. Chacun d’eux ne doit s’occuper que de ce qui concerne son diocèse et les territoires qui en dépendent. Mais que le premier non plus ne fasse rien sans l’avis de tous les autres. Ainsi la concorde règnera-! t-elle, et Dieu sera-t-il glorifié… Père, Fils, et Saint-Esprit.”»

Quelqu’un qui lirait rapidement ce texte pourrait comprendre que les évêques de chaque nation orthodoxe (ethnie), habitant le territoire France, doivent reconnaître la primauté du «représentant» du patriarcat de Constantinople, puisque ce Patriarcat est détenteur de la primauté dans l’Eglise orthodoxe.

Bien entendu ce serait une fausse interprétation, certainement contraire à l’intention des auteurs. Il convient tout d’abord de distinguer les niveaux de primauté qui sont présentés dans ce texte.

Lire la suite...

Communiqués

Communiqué N°3

Car Dieu n'est pas un Dieu de désordre mais un Dieu de paix.
1 Corinthiens, 14,33.

Les membres de l'OLTR ont pris connaissance avec grand intérêt du texte de la déclaration intitulée "L'unité orthodoxe en France et en occident : notre responsabilité commune". Ils pensent qu'elle constitue un apport important au débat sur l'organisation de l'Église orthodoxe en Europe occidentale, débat qu'ils ne cessent d'appeler de leurs vœux et qui nous concerne tous.

Il est tout d'abord réconfortant de constater que les analyses des signataires sont, sur la majorité des points, identiques à celles qui ont été exprimées par l'OLTR.

Ils appellent à œuvrer "pour un rassemblement de tous les orthodoxes… dans l'unité eucharistique et dans une structure canonique qui soit conforme à l'ecclésiologie orthodoxe… ecclésiologie territoriale…" sans "nationalisme" mais sans "rupture avec les cultures et les langues des uns et des autres". Ce sont, presque mot pour mot, les objectifs statutaires de l'OLTR. Il convient de rappeler ici que l'un des buts principaux de celle-ci est d'œuvrer activement pour le rétablissement plein et complet de la communion eucharistique entre tous les orthodoxes et en particulier, avec les seuls orthodoxes qui en restent partiellement exclus en Europe, à savoir les membres de l'EORHF (Eglise Orthodoxe Russe Hors Frontières).

Lire la suite...

Communiqués

Communiqué N°2

L'assemblée générale de l'archevêché des paroisses russes d'Europe occidentale s'est tenue les 30 avril et 1er mai 2004 dans la cathédrale russe Saint Alexandre Nevsky de la rue Daru à Paris, un an après l'appel lancé par le primat de l'Eglise russe aux membres des trois juridictions issues de l'Eglise russe. Le débat, qui avait été promis par le candidat au poste d'archevêque, par sa lettre du 8 avril 2003, n'a cependant toujours pas été ouvert par l'archevêque élu.

Au lieu de cela l'archevêché semble avoir mis en place une politique de "reprise en main" qui consiste à éloigner systématiquement de tout poste de responsabilité tous ceux qui ont une opinion favorable à cet appel, comme s'il fallait se défier de ces personnes.

Lire la suite...

Communiqués

B M E C T E - La lettre de l’OLTR N°00

« Il est indispensable de conserver des intentions fermes et constantes. Dieu aidera à la réalisation de cette noble entreprise et, pour Lui, il n’y a pas d’obstacles», écrivait en 1847 le père Joseph Vassiliev. Quinze ans plus tard, après une révolution, deux changements de régime et une guerre franco-russe, il verra aboutir l’œuvre de sa vie, la construction de notre actuelle cathédrale Saint-Alexandre-Nevski dont il deviendra le premier recteur. Nous pouvons nous inspirer de l’exemple de ce prêtre bâtisseur. Nous partageons son dessein : vivre notre foi, ici et maintenant, dans un scrupuleux respect de la tradition russe, et témoigner, sans complexes ni faux-fuyants, de notre choix dans les pays d’Europe dont nous sommes les citoyens. Nous pensons que les orthodoxes de la diaspora russe, et ceux de toutes origines qui l’ont librement rejointe, ont le devoir moral de conserver des liens privilégiés avec l’Église russe sous ses divers aspects juridictionnels, ce qui entraîne aussi l’obligation de s’impliquer dans le processus de sa réunification et de son essor. Le nom de notre bulletin, Vmeste (Ensemble), symbolise notre souhait de participer du mieux que nous le pourrons à cette tâche commune. [...]

pdfTéléchargez La lettre de l’OLTR N° 00 

Bulletin de l'OLTR

Table ronde n°2 - L’Eglise locale. Un témoignage

Didier Vilanova

Tout d’abord, je tiens à préciser que ce n’est pas en tant que secrétaire général de la Fraternité Orthodoxe que je m’exprimerai, mais en mon nom propre, et mes propos ne sont que le reflet de mon expérience personnelle.

Je suis entré il y a plus de 25 ans dans l’Eglise orthodoxe, au sein de notre archevêché : je suis ce que l’on appelle dans notre jargon un «français de souche», un converti. Depuis une vingtaine d’années, je suis chef de chœur à la paroisse de la Sainte-Trinité qui célèbre dans la crypte de la cathédrale. Membre de la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale, j’en suis le secrétaire général depuis 4 ans. C’est d’ailleurs au sein de la Fraternité que j’ai d’abord pu réfléchir à cette fameuse «Église locale», une Église autonome, responsable et indépendante pour l’Occident. J’ai aussi fait parti de la commission Avenir de l’archevêché qui avait été mise en place par feu l’archevêque Serge et qui a rendu son avis, peu avant son décès.

Lire la suite...

Table ronde N°2

Table ronde n°2 - Les voies vers l'Eglise locale en Europe occidentale

Séraphin Rehbinder

Mes révérends Pères, Mesdames, Messieurs, mes chers amis,

Pour commencer, je voudrais rappeler que la seule forme d’organisation de l’Eglise en un lieu donné, conforme aux canons, c'est-à-dire à notre foi elle-même, est celle de l’église locale, avec un Primat et un seul évêque dans chaque région. "La Sainte Eglise ne connaît pas d'autre organisation" disait déjà le Métropolite Wladimir, en 1949, dans sa lettre, écrite au nom l'assemblée diocésaine et envoyée à tous les orthodoxes se trouvant en Europe occidentale. Avant d’examiner comment il serait possible de construire l’église locale dans cette partie de l'Europe, je voudrais réfléchir avec vous à ce qu’est, et n’est pas, toute église, sur le plan de son fonctionnement.

Une église n’est pas une monarchie, ou une dictature, dans laquelle le Primat, une fois désigné par ses pairs, serait le chef. Aidé d’un synode, c'est-à-dire d’un organisme composé d’un certain nombre des principaux évêques, qui serait le «gouvernement», il dirigerait son église au travers de «préfets» appelés évêques, placés à la tête de circonscriptions, les diocèses. Une telle description de l'organisation ecclésiale pourrait paraître caricaturale, et pourtant… ces travers existent dans bien des églises autocéphales, cela s’appelle du cléricalisme. C’est une déviation par laquelle les «clercs» s’attribuent tout le «pouvoir» dans une église qui fonctionne comme un Etat.

Lire la suite...

Table ronde N°2

Table ronde n°2 - Le débat

Ci-après - la saisie de l’enregistrement des discussions qui ont suivi les exposés lors de la Table Ronde du 25 avril 2004.

Les débats étaient modérés par Victor Loupan.

Lire la suite...

Table ronde N°2

Table ronde n°2 - L'expérience américaine

Serge Schmemann

Tout d'abord, je vous remercie de m'avoir invité pour vous parler de notre expérience américaine.

Le week-end dernier, j'ai pris part à une conférence à Londres et notre groupe a débattu de la question suivante : qui sont les Russes - font-ils partie de l'occident ou bien de l'orient? Et j'ai compris que cette question ne se posait pas seulement ici, chez nous, mais également chez eux! qui sommes-nous? A quelle entité appartenons-nous?

Malheureusement je ne détiens pas la réponse. Mais peut-être que quelque chose de notre expérience américaine pourra aider à trouver la réponse.

Je commencerai par un bref rappel historique de l'orthodoxie en Amérique.

Cette histoire commence avec l'arrivée de huit missionnaires venant du monastère de Valamo en 1794. L'Eglise s'implanta peu à peu à travers les Etats Unis, surtout en raison de l'arrivée d'un grand nombre d'immigrants.

 

Lire la suite...

Table ronde N°2

Annonce

logo

Pour trouver les dernières publications de l'OLTR
Cliquer, ci dessous

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience sur notre site web et particulièrement pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.