Communiqué N°11

La visite à Paris de sa Sainteté ALEXIS II,
Patriarche de Moscou et de toute la Russie

Alexis 2 - Notre DameL’OLTR se félicite de ce que la visite en France (2-4 octobre 2007) du Patriarche de Moscou et de toute la Russie, Sa Sainteté Alexis II, ait été en tous points bénéfique. Non seulement, elle a constitué pour les fidèles orthodoxes d’origine russe, de toute obédience, vivant en France, un grand honneur et une immense joie, mais elle a permis à bien d’autres personnes de tous horizons de découvrir par elles-mêmes le vrai visage de l’orthodoxie russe et la personnalité charismatique d’un homme éminent. On ne peut que se réjouir de l’ampleur des messages propagés pendant ces journées intenses.

Beaucoup de commentaires ont déjà été formulés, mais l’OLTR tient à souligner plus particulièrement deux aspects de cette visite

  1. l’extraordinaire renouveau que connaît l’Eglise russe depuis une quinzaine d’année offre désormais une aide précieuse au monde orthodoxe pour un dialogue équilibré et fécond avec l’Eglise catholique. Celle-ci trouve en l’Église russe un interlocuteur de poids, doté d’une expérience, maintenant notable, de l’action « dans le monde » et en plein renouveau théologique. L’accueil chaleureux du haut clergé catholique et des fidèles, à la cathédrale de Strasbourg, puis à la cathédrale Notre-Dame de Paris, ne laissent aucun doute quant au respect mutuel qui s’est instauré et augure bien de la poursuite d’un dialogue à la fois honnête, actif et fructueux, malgré les difficultés d’une telle démarche.

  2. Comme on l’a vu lors de l’intervention de S.S. Alexis II, à Strasbourg, devant l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, cette renaissance de l’orthodoxie russe offre également à l’ensemble de la chrétienté occidentale de nouvelles possibilités de réaffirmer clairement ses valeurs dans les sociétés sécularisées, dans lesquelles nous vivons et qui connaissent une crise profonde du sens.

Une seule fausse note pendant cette visite nous attriste cependant : l’attitude peu compréhensible des autorités de « l’Archevêché des Églises russes d’Europe occidentale ». Mettant en avant leur éloignement « ethnique » - « nous sommes multiethniques » disent-ils - ces autorités renoncent à leur parenté ecclésiale évidente. Ceci les conduit à exprimer leur hostilité en fermant les portes de la cathédrale russe de Paris, Saint Alexandre de la Néva, au primat de l’Eglise russe. Dans le passé, cette cathédrale a pourtant été ouverte à tous les primats d’Églises orthodoxes, en visite dans la capitale. Un tel comportement est d'une importance véritable car il empêche la progressive pacification des relations entre tous les orthodoxes de tradition russe en France. Rassembler tous ces orthodoxes de tradition russe sous l'omophore du patriarcat de Moscou dans l'esprit de la “Lettre du Patriarche du 1° avril 2003”, serait pourtant indispensable avant de commencer à construire une véritable Eglise locale, rassemblant tous les orthodoxes d’Europe occidentale.

Séraphin Rehbinder
Président de l’OLTR

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience sur notre site web et particulièrement pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.