Communiqué N°16

Inquiétudes à propos de l’élection des évêques dans l’Archevêché.

 Dans le communiqué 07/10 du Conseil de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe Occidentale, nous lisons le paragraphe n°3 suivant :

« Projet de modification des statuts diocésains. Mgr Gabriel a soulevé devant le Conseil la nécessité pour lui d’avoir des évêques auxiliaires. Les statuts diocésains, dans leur rédaction actuelle, prévoient une procédure complexe et mal adaptée qui ne correspond ni à la pratique suivie autrefois dans l’Archevêché ni aux normes habituelles du Patriarcat Œcuménique, a-t-il souligné. Aussi a-t-il invité le Conseil à préparer un projet de modification des modalités de désignation des évêques auxiliaires dans les statuts diocésains afin de le soumettre ensuite à l’approbation d’une prochaine Assemblée Générale de l’Archevêché. »

Effectivement, l’un des évêques auxiliaires, récemment admis dans l’Archevêché, a été réduit à l’état de laïc en Angleterre, car il voulait se marier. L’autre évêque auxiliaire a été mis à la retraite, contre sa volonté, hors toute procédure statutaire car ce cas n’est tout simplement pas prévu par les statuts. L’évêque dirigeant se retrouve donc seul, ce qui peut être très gênant. De plus un organe important de l’Archevêché, le comité épiscopal, ne peut plus fonctionner faute de membres (il se réunit au minimum deux fois l’an, disent les statuts).

Cependant l’expérience récente tend à montrer que ce n’est pas tant la procédure en elle-même qui est « complexe » mais que c’est plutôt l’accord du Patriarcat de Constantinople qui pose problème.

 

Lors de l’Assemblée Générale de l’Archevêché de 2007 l’Archimandrite Johannes Jonhansen a été élu, sans aucun problème, et pour ainsi dire à l’unanimité, comme candidat à l’épiscopat. Le Patriarcat de Constantinople n’a cependant jamais procédé à son élection canonique par le synode du patriarcat. Selon les statuts, les résultats du vote de l’assemblée générale (qui est en réalité une pré élection) doivent en effet être suivi de l’élection canonique du candidat pré élu, par le Saint Synode de l’Eglise de Constantinople.

 

Pour éviter le blocage du processus, ainsi qu’il s’est produit en 2007, faudrait-il donc que les statuts suppriment l’intervention du « Saint et Sacré Synode du Patriarcat Œcuménique » (Patriarcat de Constantinople.) ?

Mais alors est ce que l’on n’entrerait pas, non pas dans une modification de détail, mais dans un changement radical du statut de l’Archevêché ? Celui-ci est actuellement une structure (ethnique, russe) au sein de l’Eglise de Constantinople. C’est donc le primat de cette Eglise, avec son Synode, qui doit élire canoniquement les évêques de l’Archevêché. Car c’est la principale caractéristique, et même la définition, d’une Eglise « Autocéphale » que d’élire ses propres évêques. L’Archevêché ne semble pas avoir le choix, ses évêques doivent être élus par une Eglise autocéphale, en l’occurrence celle de Constantinople. Changer les statuts ne servirait à rien si l’on ne peut s’entendre avec le Patriarcat. Et se passer de son accord ne serait-ce pas choisir la voix qui mène hors de l’Eglise tout court ?

Une telle évolution serait une catastrophe non seulement pour toute l’Orthodoxie de tradition russe mais pour tous les orthodoxes locaux.

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience sur notre site web et particulièrement pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.