Editorial de Janvier 2014 - Le titre du primat de l'Eglise russe

Le primat de l’Eglise russe porte le titre de Patriarche de Moscou « и всея Руси ». En français, cela devient souvent Patriarche de Moscou « et de toute la Russie » ou « et de toutes les Russies ».

 La première traduction est manifestement inexacte et la deuxième n’est pas très compréhensible pour des personnes peu familiarisées avec l’histoire de la Russie.

En réalité, la bonne traduction serait « et de toute la Rus’  (Pусь) ». Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement ?

 

La Rus’ était cet état médiéval qui rassemblait, autour de princes Varègues (connus aussi sous le nom de Vikings ou Normands), les terres entre la Scandinavie et celles se trouvant dans l’orbite de Constantinople. Cette appellation est toujours utilisée pour désigner ces territoires. Au Xème siècle, le prince Vladimir unifia à son profit les terres de la Rus’ et initia le baptême de son peuple. Constantinople commença, alors, à envoyer un métropolite à Kiev, la capitale de cet état. Le Métropolite de Kiev devint assez rapidement le primat d’une Eglise importante, comptant de nombreux évêques. Cependant, suivant les coutumes de l’époque, la principauté ne passait pas au fils aîné lors de la mort du prince mais était partagée entre les fils. Aussi, cet ensemble se morcela, par la suite, en plusieurs principautés qui guerroyaient entre elles. Dès le XIIème siècle, le métropolite de Kiev fut gratifié de l’ajout « et de toute la Rus’», car il représentait la seule institution qui s’étendait sur toutes ces terres. Il est à noter qu’en raison du déclin de Kiev, il prit résidence pendant un certain temps à Vladimir, puis à Moscou, tout en gardant son titre de métropolite de Kiev encore pendant de longues années, avant de devenir métropolite de Moscou.

La traduction « de toutes les Russies » vient des appellations « Petite Russie », actuellement Ukraine, « Russie blanche », actuellement Biélorussie, et « Grande Russie » actuellement Russie. L’origine de ces appellations remonte aux Byzantins, et celles-ci étaient encore couramment utilisées avant la Révolution russe. Depuis 1654, les souverains moscovites portaient le titre de « Tsar de toutes les Russies, la grande la petite et la blanche ».

Quoiqu’il en soit, le patriarche de Moscou a traditionnellement vocation à être le primat de toutes les terres de la Rus’, quelle que soit l’organisation politique de ces terres. Ce n’est que lors de courtes périodes qu’elles ont été divisées entre une métropole de Moscou et une autre de Kiev, pour des raisons politiques.

Actuellement, les Eglises de Biélorussie et d’Ukraine, qui se trouvent dans la juridiction du patriarche de Moscou, bénéficient d’un statut d’autonomie. Leurs primats respectifs, le métropolite de Minsk et celui de Kiev, sont membres permanents du saint synode(1) de l’Eglise du patriarcat de Moscou.

S Rehbinder

Janvier 2014

[1] Synode est un mot grec qui signifie réunion d’évêques. Dans l’Eglise de Russie actuelle le saint synode est l’organe qui prend les décisions dans l’Eglise entre les réunions du concile des évêques auquel appartient l’autorité suprême.

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience sur notre site web et particulièrement pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.